“Earth Alert”, premier prix de l’Editors Lab du GEN Summit 2015 !

Après avoir remporté l’édition française de l’Editors Lab du Global Editors Network (GEN), en mars 2015, mon équipe s’est imposée lors de la finale internationale, le 19 juin 2015 à Barcelone.

Avec Alaeddine Ouertani (développeur) et Emmanuelle Nicolas (graphiste), nous représentions France 24 et RFI dans cette « coupe du monde de l’innovation journalistique » organisée chaque année par le GEN. Quinze autres équipes – composées elles aussi d’un journaliste, un graphiste et un développeur – étaient en compétition. Elles représentaient la BBC, Haaretz ou encore « The Times ».

En deux jours, nous avons conçu et commencé à développer « Earth Alert » [cliquez pour voir la présentation], une application mobile de sensibilisation aux enjeux du développement durable qui repose sur la participation des internautes.

>> À lire aussi :

– Sur France24.com : L’appli « Earth Alert », 1er prix de l’innovation journalistique pour France 24 et RFI

– Sur Makery.info : Barcelone remet la coupe du monde de l’innovation de l’info à France 24-RFI

« Mon Paris Climat », premier prix de l’Editors Lab in Paris du Global Editors Network

Le 27 mars 2015, mon équipe a remporté l’Editors Lab in Paris. Avec Alaeddine Ouertani (développeur) et Emmanuelle Nicolas (graphiste), nous représentions France 24 et RFI dans ce concours d’innovation journalistique organisé par le Global Editors Network (GEN) au siège du journal « Le Parisien ».

L’événement consistait à concevoir en deux jours un outil permettant une couverture innovante de la conférence COP21, prévue en décembre 2015 à Paris. Six autres équipes – composées elles aussi d’un journaliste, un graphiste et un développeur – étaient en compétition, dont « Le Monde », Radio France ou encore « 20 Minutes ».

En proposant une application mobile, appelée « Mon Paris Climat », nous avons donc remporté le premier prix. Les équipes du « Parisien » et du « Monde » ont chacune remporté une mention spéciale du jury composé de Jean-François Julliard (Greenpeace France), Joël Ronez (spécialiste des médias numériques) et Évangeline de Bourgoing (GEN).

Notre équipe participera à la finale mondiale pendant le GEN Summit, à Barcelone, du 17 au 19 juin.

Consommation d’info : les résultats du test #PresseSansPapier

En avant-goût et en accompagnement du documentaire « Presse : vers un monde sans papier », diffusé par Arte en août 2014, j’ai contribué avec les équipes d’Honkytonk films à la réalisation d’un questionnaire interactif pour déterminer votre profil de consommateur d’information.

presse-sans-papierLe test (toujours en ligne) compile en temps réel vos réponses et les compare à celles des autres participants au fur et à mesure de votre progression.

Plus de 8 500 personnes ont répondu au questionnaire de façon anonyme. Bilan : 66 % des internautes ne se sentent pas mieux informés à l’ère digitale.

Cliquez ici pour voir les résultats détaillés !

Départ pour l’Afrique australe, web-reportage à suivre !

EDIT : Vous pouvez retrouver ce web-reportage sur http://www.reportagesauxfrontieres.fr

Comme je l’ai déjà expliqué sur ce blog (et comme je le fais IRL), je pense que l’avenir du métier que j’aime est sur le web. Comme d’autres jeunes journalistes, je veux faire du multimédia.

Après avoir fait beaucoup de stages et soigné ma présence en ligne (notamment sur les réseaux sociaux facebook et twitter), j’ai envie de « faire du concret ». Envie de me prouver des choses à moi-même, de « voir le monde » en mettant en pratique ce que j’ai appris ces dernières années. Envie aussi – évidemment, il faut bien manger – de montrer à de potentiels employeurs ce que je sais faire.

C’est dans cet état d’esprit que je pars en reportage sur les chemins d’Afrique australe, comme Jean Rolin l’avait fait dans La ligne de front à la fin des années 80. J’y serai en compagnie de Jean-Louis Dell’Oro, ami de longue date qui sort comme moi d’une école de journalisme. Nous bourlinguerons entre le Bostwana, le Zimbabwe, le Mozambique, le Swaziland, le Lesotho et l’Afrique du Sud.

Durant notre voyage, nous allons publier nos productions (multimédia, hein) sur un blog créé pour l’occasion : « Reportages aux frontières ». Vous trouverez aussi des articles sur le site Internet d’information Rue89.com avec qui nous sommes partenaires (cf. le blog « Lignes d’Afrique »). Rapporter des tranches de vies et réaliser des enquêtes de terrain sur les relations transfrontalières dans cette région du monde constitueront le gros de notre travail.

Notre web-reportage sera participatif. N’hésitez pas à commenter nos posts mais aussi à nous interpeller sur les réseaux sociaux comme facebook et twitter. Vos remarques et suggestions sont plus que les bienvenues. Et si vous habitez en Afrique australe, nous serons également ravis de vous rencontrer !

Rendez-vous sur http://www.reportagesauxfrontieres.fr/

Le premier brouillon de l’histoire n’est plus l’apanage des journalistes

Il faut se rendre à l’évidence : les journalistes ne sont plus seuls en première ligne à pouvoir rapporter des faits. Cette citation trouvée sur un blog illustre parfaitement ce que je pense aujourd’hui :

« On avait coutume de dire que le journalisme était le « premier brouillon de l’histoire ». Les journalistes citoyens ont toutefois supplanté les médias traditionnels dans les moments de tumulte et de crise ; ils sont devenus les véritables narrateurs du « premier brouillon » que les médias de masse doivent maintenant citer afin de pouvoir conserver toute pertinence. »

Ces mots sont du journaliste américain Al Giordano sur le blog politique « The Field ».

Lors de quelques événements survenus ces deux dernières années (avion dans l’Hudson, séismes en Chine et Haïti, manifestations en Iran, pour ne retenir que les plus marquants), les premiers témoins n’ont pas seulement été mis à contribution pour témoigner. Ils ont aussi très rapidement été producteurs de contenu, sans qu’on leur ait demandé quoi que ce soit. Leurs photos et vidéos, parfois commentées en temps réel, ont été diffusées et ont servi à informer.

Les journalistes ont fait appel à eux. En Haïti par exemple, les connexions Internet par satellite ont permis à certains internautes de rendre compte en temps réel de la situation dans leur pays. On a ainsi vu, dans les heures suivant le séisme, des duplexes par téléphone ou Skype où ces internautes intervenaient régulièrement comme des journalistes. Ils commentaient leurs images comme l’aurait fait un reporter.

Pour les premières heures suivant le séisme, les médias de masse n’avaient quasiment que ces productions citoyennes à se mettre sous la dent. Il fallait pourtant couvrir cet événement. Les témoignages et productions des internautes haïtiens glanées sur le web ont donc servi de caution. Il y a évidemment eu quelques ratés. La très sérieuse AFP s’est elle aussi plantée dans ses règles de procédure, diffusant une vidéo du net non vérifiée et induisant en erreur plusieurs chaînes françaises.

Les journalistes citoyens ont été, une fois encore, les écrivains des « premiers brouillons de l’histoire », les journalistes n’arrivant que dans un deuxième temps. Ne pas être les premiers sur l’info, dur pour les journalistes de l’ancien temps, ce sera pourtant de plus en plus le cas. Être hyper connecté, savoir dénicher, vérifier et hiérarchiser l’info, c’est ce que vont de plus en plus demander les lecteurs, qui sont eux aussi des producteurs d’information.

[photo : Dj£ via Flickr]

Arrêtons de parler de « nouveaux médias »

En janvier 2009, les états généraux de la presse écrite proposaient de “réfléchir à la création d’un laboratoire des nouveaux médias“. Un an plus tard, une de mes résolutions est d’arrêter de parler de « nouveaux médias ».

L’expression « nouveaux médias » est semble-t-il née dans les années 70. Elle était alors utilisée pour qualifier HBO, chaîne thématique disponible par le câble aux États-Unis. Aujourd’hui, qu’appelle-t-on « nouveaux médias » ? L’Internet, ses canaux et ses contenus.

Qu’y a-t-il donc de nouveau ? Internet n’est plus tout jeune, se démocratise, ses usages évoluent vers la mobilité (qui a un iPhone, HTC ou BlackBerry ici ?), etc. Ceux que l’on appelait il y a encore quelques années « nouveaux médias » sont maintenant des médias, tout simplement. Pas dans le sens journalistique, mais dans le principe même de diffusion de contenu. Par exemple, je suis mon propre média en ayant des comptes YouTube, DailyMotion, Twitter ou ce blog que vous êtes en train de lire.

Plutôt que de nouveaux médias, préférons nouveaux supports (ils arrivent) et nouvelles formes de narration (on va se régaler dans les mois qui viennent).

Bonne année 2010 à toutes et à tous !

PS : par contre, je pense continuer à parler de « médias traditionnels » (ou vieillissants)😉

[photo : thms.nl via Flickr]

R/évolutions du journalisme : qui suivre sur twitter

Twitter-médias-évolution
J’utilise twitter comme source d’information et de découvertes, notamment sur le métier de journaliste et les évolutions qu’il connaît. Sur les 1400 comptes que je suis sur twitter, une trentaine sont dédiés quasi exclusivement aux r/évolutions du journalisme, aux nouveaux médias, aux nouvelles pratiques, aux web-reportages, etc.

Je vous propose ci-dessous une liste de comptes à suivre absolument. Vous pouvez TOUS les « follower » les yeux fermés.

J’ai dû faire des choix et diviser la liste par deux pour éviter d’allonger ce name dropping déjà fastidieux. Mais n’hésitez pas à en ajouter dans les commentaires ou à m’en suggérer par e-mail.

@antonin, Antonin Sabot : journaliste pigiste au Monde

@benoitraphael, Benoît Raphaël : rédacteur en chef du site internet d’information LePost.fr

@couve, Philippe Couve : journaliste et initiateur-animateur de l’émission « l’Atelier des médias » sur RFI

@davanac, Damien Van Achter : animateur de communauté au sein du département des nouveaux médias à la RTBF

@eni_kao, Nicolas : communiquant et blogueur anonyme dont la veille et les analyses sont très pertinentes

@eparody, Emmanuel Parody : publisher de CBS Interactive

@EricScherer, Eric Scherer : directeur analyse stratégique et partenariats à l’AFP (Agence France Presse)

@espritblog, Fabrice Gontier : journaliste et formateur multimédia

@francepierre, Pierre France : journaliste aux DNA (Dernières Nouvelles d’Alsace)

@JeanAbbiateci, Jean Abbiateci : journaliste multimédia freelance

@jeffmignon, Jeff Mignon : consultant médias installé à New York

@ldupin, Laurent Dupin : journaliste et blogueur

@Lucie_M, Lucie Marie Goulet : étudiante à la London School of Economics, assistante éditoriale

@mashmedia, Boris Debove : veille intéressante, mais qui est-ce ???

@mediastorm : le compte twitter du site Internet du même nom où l’on trouve les web-docus que l’on aimerait tous faire

@mediatrend, Marc Mentre : responsable de la filière Journalisme à l’École des métiers de l’information-Cfd

@mikiane, Michaël Lévy-Provençal dirige le Studio multimédia de France 24

@narvic, a.k.a. « Guillaume Narvic » : ancien journaliste de PQR, connu pour son blog novövision.fr

@palpitt, Rémi Barra : ex-étudiant en Sciences de l’information et de la communication et blogueur

@proxiti, Olivier Bauchat : veut créer un réseau d’information hyperlocale sous la forme « (codepostal).info »

@ptaillandier, Pascal Taillandier : coordinateur du « Rich Media News Agency Project » à l’AFP

@transnets, Francis Pisani : on ne le présente plus. Son compte twitter est en fait un twitter feed de sa veille.

@1oeilsurlaphoto : me souviens plus qui est derrière, mais j’aime beaucoup ^^

vous pouvez aussi me « follower », si vous le souhaitez, bien sûr !

EDIT : Suite à la remarque de Capucine Cousin en commentaire, je vous propose aussi de suivre @oeilduviseur, un compte dédié au photojournalisme, animé par Jean Abbiateci et Fabrice Gontier du blog « espritblog ».

Et puis une fille, ce n’était pas assez. @palpitt a judicieusement proposé d’ajouter :

Marie-Catherine Beuth, @m_c_b, journaliste médias au Figaro

Maude Milekovic, @MaudeML, journaliste pigiste

Sophie Gohier, @sophiegohier, web publisher à l’Express.fr